Histoire

En 1427, le Val est propriété de Jehan du Val. Mais des alliances basses bretonnes font émigrer les seigneurs du Val dès le 16ème siècle dans le pays de Morlaix.Dès lors, le Val Guildo appartient à Amaury Gouyon, baron de la Moussaye,qui reconstruit le Val en 1571 pour son fils Charles.

Charles Gouyon est converti au protestantisme par sa femme, Claude du Chastel.Il se terre au Val après le massacre de la St Barthélémy (1572) et y facilite la fuite de plusieurs                                                                                                                     correligionnaires  . En 1585,un édit du roi Henri III interdit le culte réformé.

   Le Prince Henry de Condé, chef du parti huguenot, après la déroute d'Angers, cherche refuge en Bretagne.  Il s'embarque à St Cast           avec quelques compagnons et un vent contraire les oblige à faire étape au Val où Mme de Gouyon les accueille.

    Le lendemain,ils appareillent pour Jersey. Durant ce temps, Charles de Gouyon, revenu à la foi catholique, est à Paris au service du          roi.Sa femme meurt en 1587,agée seulement de 34 ans. Lui-même décède en 1593.

Henri Gouyon, marquis de la Moussaye

 

  En 1680, le Val appartient à Henri Gouyon, marquis de la Moussaye,arrière petit fils de Charles Gouyon.

   En 1758,les Anglais qui se replient sur St Cast ,mettent le feu au château. le grand corps de logis et les deux tourelles sont détruits.Il    ne subsiste de l'édifice de 1571 que l'aile latérale Ouest, aboutissant à la chapelle. c'est dans cette aile que Mme de Gouyon reçut le      Prince de Condé en 1585.

François-rené de Chateaubriand
François-rené de Chateaubriand

   

   Jusqu'en 1777, le Val appartient à la famille de Boisgelin,qui vend le château à Pierre-Anne Marie de                                      Chateaubriand,oncle de l'écrivain.Il rebatit en grande partie le château vers 1780 et y demeure pendant la belle            saison avec sa femme et ses 6 enfants. Il y reçoit très souvent son neveu François-René.

1791: La Revolution


       En 1791, Pierre est informé de l'arrivée de son fils, Armand, courrier des Princes, à jersey. C'est l'époque révolutionnaire. Après la mort de leurs parents, seules deux soeurs rachètent ce qu'elles peuvent des biens confisqués de leurs frères et soeurs. Mais, dès le 4 juin 1801, dans la gène, elles cèdent à François-Michel de La Morvonnais le Val et ses dépendances.

       Durant la Revolution, le château du val a été saccagé par les soldats et les dégats se chiffrent à 9615 livres.

       Le nouveau propriétaire du Val est avocat à St malo. françois a un fils, Hippolyte, né en 1802, qui reçoit le val en héritage. C'est un homme de lettres qui établit au val sa "Thébaide".


Hippolyte de La Morvonnais
Hippolyte de La Morvonnais
maurice de guérin
maurice de guérin

Il y compose ses ouvrages et y reçoit ses amis, dont Félicité de Lamennais, maurice de Guérin et françois du Breil, ancêtre de l'actuelle Mme Olivier de La Blanchardière. Le 28 Novembre 1826, il épouse sa cousine Marie de la Villéon.

Hippolyte de la Morvonnais fonde la paroisse de N.D du Guildo, ce qui explique l'emplacement de sa tombe sur la place de l'église.

Le 22 Octobre 1832, nait marie qui, en 1856, épouse Ambroise de La Blanchardière . Leur fils, Hippolyte Poinçon de la Blanchardière, né à St malo en 1858, est maire de N.D du Guildo. Un des petits enfants de ce dernier, georges, né en     1928, meurt accidentellement dans le parc du château, en 1987, laissant son épouse, Eliane Hay de Slade, seule face à                                        la lourde charge que représente un château de nos jours.

 

De nos jours....

 

Son fils, Olivier , abandonne sa formation d'ébéniste, afin de lui venir en aide. Le 20 Avril 1991, il épouse Armelle Parenteau-Denoël, avec laquelle à présent ils gèrent une activité touristique qui leur permet de conserver le Val dans la famille, en espérant pouvoir le transmettre à l'un de leurs 7 enfants....

 

 

Evènement historique en Juillet 2012:

Venue du Prince Albert de Monaco et de sa suite, sur les traces de ses ancêtres Gouyon Matignon. Il nous fait l'honneur de choisir Le Val pour y passer la nuit.

Nos deux petites bretonnes en attendant le Prince...
Nos deux petites bretonnes en attendant le Prince...